Recommander ce site

Accueil
L'auteur
Les textes
Galeries
Le blog
Contact

 
Palette.


Tenez, les noirs battements des ailes,
dans la touffeur vibrante et bleue,
du dernier oiseau d’août,
ne sont pas moins présents sur mes lèvres
que la forêt profonde où nous jouions enfants ;
ou encore les premiers mots de l’aube soufflés par la nuit,
quand, encore rivé au rêve,
retenu par de fines mains, je vois l’instant souligné
par le rai de lumière
qui traverse l’obscurité au-dessus de la fenêtre.
La parole s’ouvre d’où s’exhale un monde inconsciemment choisi ;
j’y retrouve les habituels oiseaux, les papillons innomés,
mais aussi le ciel sans fin où passent les visages déformés,
les bêtes qui s’effilochent,
les îles moutonneuses essaimant à l’envers leurs lagons azurés ;
les fleurs y ont leur place, fragmentaires ou complètes,
au même titre qu’un aboiement, un arbre, une nappe d’eau.
La parole suit sa voie poétique, son cours naturel ;
ses égarements la ramènent sur ses pas qui ne sont jamais les mêmes,
le même mot prenant d’autres couleurs selon le voisinage,
pareil à l’unique feuille parmi les feuilles que les saisons transforment.

retour en haut de page


   
Textes et illustrations protégés par le droit d'auteur.